Bière 100% québécoise qui vous remémore ces bons moments passés en compagnie d'un Abies balsamea

Bière 100% québécoise qui vous remémore ces bons moments passés en compagnie d'un Abies balsamea

A20
Le Bockale
Annedda 5%

La petite histoire

Une année, j'ai gardé mon sapin jusqu'à avril. Il se portait bien. Il sentait plus très fort rendu là, mais il avait tout de même fière allure. Certes, j'avais un attachement particulier. On avait vécu de beaux moments ensemble. On avait créé des mémoires. Le jour ou on s'est décoré mutuellement. Les soirs passés à jaser, moi assis à son pied, lui bienveillant, d'une écoute irréprochable. Les après-midis à se lancer le frisbie sur le bord du fleuve. Les nuits blanches à planifier nos braquages toujours plustre complexes et ingénieux. Ce fameux matin fébrile après notre série de vols de banques ou il ne nous restait plus qu'à exécuter un dernière grosse casse avant la retraite qui certes avait sa part de risque mais assurerait assurément nos vieux jours. Le moment décisif de survie ou, coincés comme des rats sur un quai de Chicago, entourés de tous bords tous côté, nous nous sommes retournés l'un contre l'autre et dans la panique, mon flingue a fait feu sur son beau tronc. Des aiguilles partout, partout... partout. Les 17 ans de tôles ou j'ai ruminé, regretté, me suis laissé ronger par le passé. Mon geste impardonnable. La rage. Le discours d'un homme avec plus rien à perdre, debout sur une table de la cafétéria, défiant tous ceux qui s'y reconnaissent d'agir, de trouver la rédemption vers une liberté auto-proclamée. Les émeutes et la mutinerie, la prise de contrôle du bloc C, brandissant des torches composées de pattes de chaises et de combinaisons orange imbibées de jungle juice. Les explosions. Les murs effondrés. Mon visage défiguré à jamais. Ma fuite à travers bois et marais. Les hélicoptères me pourchassant jours et nuits. Les ampoules sur mes mains à force de déterrer notre butin si bien enfoui avec l'aide chétive d'un canif suisse. Mon passage clandestin à la frontière, accroupi dans la fosse septique d'un véhicule récréatif. Le rendez-vous avec le chirurgien esthétique au permis révoqué. Mon nouveau visage, aperçu pour la première fois dans le miroir souillé de sa clinique délabrée. Ma nouvelle identité, blogueur bière au Canada. Tourner la page, le coeur gros, avec une dernière visite à notre premier lieu de rencontre, où je me suis juré de ne plus jamais, plus jamais m'impliquer avec un sapin de Noël rencontré dans un parking d'IKEA. 

Sinon c'est quoi déjà une Annedda?

C'est un style 100% québécois.

Dans ce cas ci, ça veut dire:

  • Du malt québécois de Maltbroue
  • Du houblon québécois, des Jarrets Noirs
  • De la levure québécoise, je ne sais guère d'où
  • Du sapin baumier d'ici, pardi

La décapsule

Nous avons une brune alkaline, un soupçon ferreuse avec une fine couche de sapinage frais des fêtes. Elle se boit bien froide, et même là dégage une odeur qui me relaxe profondément, comme une moquette boréale. 

Y'a de petites doses discrètes de lavande, et un beauparfum musqué, torréfié qui torque le tout sans se gêner. Mais vous savez, après le bagne, y'a plus grand chose qui m'intimide. Alors j'en gloupe à grandes gloupées.

À 79 IBU qui sont loin d'être négligeables, c'est une résine à l'amertume bien sèche qui fait des merveilles en combinaison avec la douce épice beurrée d'un cannelé.

Co-créature de La Décapsule, ce malin macaque est fou de petites bitters anglaises qui se trinquent à la pinte.