Épicentre, IPA hypnotique au centre de toute!

Épicentre
Champ Libre, brasserie et distillerie à Mercier
IPA à 5.8%

champ libre epicentre ipa.jpg

L'anecdote

Voyage à l'épicentre de la bière

C'était écrit dans le ciel que cette IPA à l'étiquette hypnotique allait créer des remous dès sa sortie. Réputation oblige, on attendait de pied ferme le premier produit de la brasserie/distillerie Champ Libre. Personne n'osait le dire, mais on voulait voir si la magie d'Alex Ganivet-Boileau et son équipe pouvait opérer en ces nouveaux lieux de liberté. Comme si un doute subsistait que le boulevard Taschereau et l'eau de Brossard étaient à Alex ce que les épinards sont à Popeye.

Bref, on voulait une preuve liquide à se mettre dans le ciboulot. 

La décapsule

D'abord l'étiquette nous plonge presque en apnée. On retient notre souffle sans trop savoir pourquoi, comme attiré vers une spirale de la mort, un trou noir, un passage spatio-temporel qui nous fait atterrir dans un champ d'orge au milieu de nul part avec le mot Malkovich en boucle au bout des lèvres.

On a ensuite un beau nez de marmelade d'abricot et de résine concentrée qui nous titille les poils du nez.

Ça sent bon!

Contrairement aux NEIPA qui séduisent les amateurs par leur côté juteux, fruits tropicaux, cette épicentre mise sur une plus grande complexité en mélangeant savamment les houblons américains pour créer un IPA qui saura durer dans le temps.

On a certes des fruits tropicaux, mais on n'a pas que ça. On a plus qu'un simple nectar.

Le Columbus, houblon emblématique des IPA de la côte ouest, apporte une certaine robustesse qui ajoute une couche résineuse que j'apprécie tant. 

On joue donc à merveille avec l'unicité des saveurs de chaque houblon pour en extraire une IPA dont on ne se lassera jamais.

Alors qu'il ne reste que quelques gorgées dans la bouteille, je me surprends de lire que la bière est fermentée avec une levure vigneronne. Je remue donc frénétiquement le fond de la bouteille avec cette manne mystérieuse et me délecte des dernières gouttes. Étrangement, ça me rappelle un peu le profil de la Brett Claussenii, levure sauvage très fruitée. 

Intriguant tout de même!

Alors que la bouteille s'est envolée beaucoup trop vite, je rêvasse déjà à savoir quels produits merveilleux sortiront de cette centrale de créativité lâchée lousse.


Laisse un commentaire!

Co-créateur de La Décapsule, ce méchant macaque est maniaque de grosses IPA américaines qu'il brasse d'ailleurs constamment dans son garage.