Démystifions la bière fruitée: Édition Framboise (article invité)

Article par Noah Forrest (Beerism.ca)

Photos par Jasen Pierre-Claude Gaouette

Traduction par David Atman

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Publier cet article est pour moi un honneur. Ça me permet de vous parler de mon fruit préféré du monde, et pourquoi pas - de sa relation avec la bière! Ce qui m'excite le plus, c'est d'avoir la chance de travailler avec un ami photographe, sans qui cet article serait tounu! (Jasen, you are wonderful!)

 

 

Jadis, la bière fruitée n'étaient pour moi qu'une piètre 'gammick' pour vendre de la bière au gens qui n'en boivent pas. Je la jugeais trop sucrée et carrément mauvaise. Dans un sens, je n'avais pas tort, mais il manquait tout de même quelques clés gustatives à mon trousseau. Je ne comprenais pas encore la relation entre la bière et ses ingrédients aromatiques. Mes expériences étaient limitées aux délits des macrobrasseries, et quand une macrobrasserie sort une bière fruitée - or n'importe quelle bière, en fait - leur seule intention est de se faire remarquer. C'est pas tant surprenant, étant donné la nature des gros commerces.

Et oui, on connait bien les tactiques des géants du marketing. Leur idée n'est pas nécessairement de créer un produit de qualité, mais plutôt une nouveauté qu'on essaie une ou deux fois, qui a pour unique but de rapatrier les nouveaux consommateurs à la marque en question.

Prenez comme exemple Bud Light Lime-a-Rita. Bon, lâchez l'exemple, maintenant!

Selon les tendance publicitaires, les bières infusées de fruits auraient été conçues pour une démographique féminine. Quoi? Les hommes n'aiment pas les fruits?

Je devrais me sentir femme en bouffant une pomme, c'est ça? Ça devient énervant, quand même. C'est ce qui m'a longtemps rendu sceptique envers les bières hybrides venant de grosses compagnies. Ceci dit, mon récent changement d'attitude dicte un refus total de laisser leurs efforts foireux polluer mon estime des bières fruitées, car maintenant je sais: 'Bière' plus 'fruit' n'égale pas nécessairement 'fiente.' Certes, certaines d'entre elles sont des liqueurs de malt glorifiées, pompées au sucre et à la saveur artificielle. Mais ça, c'est nul, et ça ne représente aucunement ce que le monde de la microbrasserie a à nous offrir. Les innovations brassicoles y sont spectaculaires.

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Il est vital de savoir dès le départ que les fruits et la bière se connaissent depuis la nuit des temps. Les Allemands ont commencé à brasser la Berliner Weisse avec du sirop de fruit en 1600 quelque chose. Les Belges, eux, brassent leur Lambic surette aux fruits dans des barils depuis perpète. Sans trop s'envaser dans les détails, il faut mentionner que le houblon qu'on utilise pour aromatiser la bière est un relativement nouvel arrivant. Pendant des milliers d'années (oui, des milliers), la bière était infusée avec à peu près tout ce qu'on trouve sous le soleil. Ça en fait du fruit, ça monsieur.

Lors de mon jeune âge, ma famille avait une court plutôt rikiki, mais tout le long de la maison, il y avait un grand jardin où poussaient de bons légumes. Un beau jour, mes parents y ont planté des framboises. Il y en a poussé très peu la première année, et un peu plus l'année d'après. Au fil des étés, le buisson s'est propagé pour finalement dominer le terrain au grand complet. Tous les juins, je me retrouvais comme un enfant dans un magasin de bonbons... Un magasin plein d'épines et infesté d'araignées, peut être, mais des bonbons, ça reste bon. C'est là qu'a commencé mon amour pour les framboises. 

Pourquoi? Parce qu'elles sont dotées d'une astringence fraiche et sucrée, une combinaison selon moi supérieure aux autres fruits. Croyez-moi que les grignoter à même la plante, c'est le nirvana.

En général, je n'aime pas trop les trucs à saveur de framboises. Il me semble que l'aspect chimique de la fausse framboise est des plus intenses parmi les extraits artificiels. Cependant, sachant que les trois bières que j'ai en mains sont façonnées naturellement, j'ai bien hâte d'y tremper les lèvres.

Mort Subite – Framboise

Cette brasserie est une des seules productrice de bière Lambic qui exporte au Québec. On voit de plus en plus de 'sours' inspirées de style Belge, mais elles n'abondent pas sur les tablettes. 

Une Lambic, c'est très simplement une bière vieillie en barrique et fermentée avec des levures sauvages. Ce sont ces levures qui apportent le caractère acidulé, ainsi que quelques flaveurs intéressantes, voir 'funky.' Tout dépendant du style de Lambic, on y voit souvent un assemblage de différents âges. Quelques Lambics sont même faites avec du fruit.

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Et pop! On verse... Le liquide est d'un jolie tinte rose-rouge, couronné d'une mince mousse. La carbonatation est bonne. De la dentelle colle, comme on aime. L'arôme initiale démontre le côté terreux et 'funky' de la levure. Les framboises suivent, et là, c'est vachement suret. Il y a moins de sucre que je pensais trouver. Le malt fait surface et complimente le fruit.

On y goute... Elle est pas mal sucrée, mais ça s'équilibre face à l'astringence évidente. C'est de la framboise givrée, pas loin des 'Swedish Berries' en gelée. Ça tombe bien, nos photos sont thématiques! (Bon choix, Jasen.) On y perçoit aussi de la barrique, des saveurs quasi-caoutchouteuses et du chêne vanillé. Pendant que je bois, de belles bulles étreignent les parois de mon verre. C'est certes un peu trop sucré à mon gout, et l'arrière-gout pourrait bénéficier de plus d'amertume, mais j'apprécie grandement les notes boisées. Elles enrobent le tout d'une magnifique finale.

Dieu du Ciel! – Solstice d’été

 

Je réalise que beaucoup de lecteurs sont déjà familiers avec DDC! Pour ceux qui ne le sont pas encore, sachez qu'ils brassent des bières exceptionnelles. Chaque mois à peu près, ils sortent une bière qui n'est disponible qu'une fois par an (en complément de leur série régulière). 

DDC! vient d'ailleurs d'être nommée la 13e meilleur brasserie au monde par RateBeer.com pour l'année 2013.

 

Allez y jeter un coup d'oeil vous même!

(Liste complète de RateBeer.)

Bien mérité, selon moi. Leur bière du jour est la Berliner Weisse, un style de bière brassé avec du Lactobacillus, la bactérie qui lui donne son astringence extreme. En Allemagne, c'est coutume d'y ajouter un sirop de fruit pour accentuer les saveur et couper l'aspect acidulé. 

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Nombreux sont les adeptes de la Solstice d'Été. Quand elle apparait sur le marché, elle a tendance à disparaitre aussitôt. Les amateurs se passent le mot et parcourent la ville pour rafler les dernières caisses. Cet été, Dieu du Ciel! a gracieusement offert un deuxième brassin au grand public. C'est à ne pas manquer!

On ouvre... Le liquide est rosé comme un vin, ou même un jus de baies. La pétillance est agréable. Elle me laisse un bel anneau d'écume. Ma première impression est une forte arôme d'astringence. Je m'imagine aisément écraser une poignée de framboises fraiches dans ma paume et m'y fourrer le nez. C'est du pur suret. La sentir me fait saliver abondamment, et l'arrière de ma langue est tendu d'anticipation. Y'a une subtile sucrosité enfouie la dedans; elle ne semble venir que du fruit. De l'authentique fruit. Ça ne sent pas le synthétique.

Après la première petite gorgée, l'acidité enveloppe ma langue, relâchant une délicieuse grimace. C'est franchement rafraichissant. Ça me rappelle un bon vin blanc bien sec.

Vous savez, j'ai été élevé par les framboises. Je peux donc vous assurer que celles-ci sont des vraies. Cette bière atteint la perfection. Ma tolérance pour l'astringence n'est pas aussi élevée que celle de la plupart des biérophiles. La Solstice d'Été repousse mes limites. Elle m'amène au bord du gouffre et m'y pendouille un bon moment, histoire de languir pour mieux m'offrir la fraction de sucre qu'il me faut pour m'accrocher dans le torrent.

Ça finit avec un parfum de petits fruits et l'ombre résiduelle de la 'tartness' (en bon anglais).  Ma bouche et mes ouïes sont toutes feux toutes flammes. Elles ont survécu à la bombe.

Brasserie Dunham – Saison Framboise

Je suis un fan fini de style Saison, et les framboises, ça me connait. Imaginez mon extase en découvrant ce mariage arrangé!

Au début de mes péripéties assoiffées, Dunham est rapidement devenue une de mes microbrasseries préférées. L'équipe a eu l'audace de mettre en valeur plusieurs variantes du style Saison. Je ne peux qu'espérer qu'ils en auront réussi une autre.

Les Saisons ont habituellement un caractère un peu acidulé, certaines plus que d'autres. Elles ont aussi une présence de levure assez particulière. Ça peut projeter une bonne dose de zeste et des soupçons 'funky.' Je ne sais pas trop à quoi m'attendre.  Voyons voir ce que ça donne.

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Le liquide est rouge rubis avec de brillants reflets orange.  La mousse est gigantesque et persistante. Au nez, ma première impression est d'un éclat mortel de framboises sûres. Il s'y mélange un peu de fruit sucré avec de la levure qui perce le tout. Içi aussi, on retrouve des notes terreuses. Ça sent le buisson, pardieu!

La dégustation commence avec en masse de baies et une sous-couche de malt. Il y a bel et bien de la levure terreuse - typique d'une Saison - et ce petit gout 'funky' qui s'évanouie vite dans l'aigre brume s'étalant sur mon front. L'astringence définit la bière, chose qui me surprend! Elle transcende la majorité des Saisons, ce qui est loin d'être mauvais. Ça fonctionne superbement avec l'inimitable framboise. La mousse est toujours aussi généreuse, se réveillant à chaque gorgée. Je ne compte plus les lampées. Mon palais s'ajuste tout comme la mousse s'atténue enfin, et je peux mieux détecter la présence de levure. Tout est en accord avec mes gouts. Les bulles nettoient ma langue. Je suis prêt pour la prochaine vague... 

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Photo credit: Jasen Pierre-Claude Gaouette

Trouvez tous les supers articles de Noah sur son top blogue, BEERISM.ca!

Quelle est votre bière à la framboise de prédilection? Quelles autres bières devraient figurer sur cette liste? Laissez un commentaire!