Gin de Neige

On était récemment au Casino, mais pas pour flürter avec les mamies, ni pour jouser dans les machines qui gobent les sous comme des hippo affamés, mais plutôt pour découvrir le tout nouveau gin de Neige de la Face Cachée de la Pomme.

En arrivant y'avait un super foutoshoot de tapis quasi-rouge. Nous, comme on était pas trop dans notre élément avec toutes ses vedettes, on a donc pris une pose timide. Il était hors de question de choquer qui que ce soit. On voulait quand même gouter au gin avant de nous faire sortir à coup de canne par des ainés déchainés parce qu'on leur avait fait manquer leur gros lot.

Les proprios ont fait un discours et nous on a applaudi, parce qu'on respecte les visionnaires qui vont au bout de leur rêve et qu'on sait les efforts et les sacrifices que ça demande de produire des alcools fins au Québec.

C'est vrai, on a une admiration sans borne pour les fous qui décident de se lancer dans la production d'eau de vie, et surtout qui doivent naviguer à travers les dédales de notre chère Société d'État pour des pas-si-grosses-pinottes que ça.

Tout ça pour dire qu'on les applaudit comme si c'était des rockstars. On a pensé à partir la vague, mais comme on est timide et qu'on craignait toujours une possibilité de se faire montrer la porte avant même d'avoir pu tremper nos lèvre dans l'eau de la vie, on s'est contenu. Même si c'était un mardi (pis un mardi de semaine en plustre), on avait soif.

Alors là on a pu trinquer au succès de l'épopée ginée.

Et paf on s'en est mis plein le pif
Et pouf on s'en est mis plein la bouche

Dégustation brute

Le gin présente un nez de citron frais de pommes et de camomille.

Très invitant d'y poser les lèvres. 

D'entrée de jeu, même si les saveurs du gin sont bien unis les unes aux autres, on sent bien l'apport de chaque élément. 

On a clairement:

  • le sapinage du genévrier
  • la douceur boisée de l'épinette blanche
  • le terreux, champignon du lichen
  • les arômes vanillées et anisées du mélilot

Lorsqu'écrasé entre nos papates, le mélilot nous rappelait clairement les arômes de l'angelica, utilisée pour la Chartreuse et l'Absinthe et le savon de Mémé Marissa. Vous inquiétez pas, personne sait c'est qui Mémé Marissa, mais elle est là bas, à l'arcade avec Elvis dessus. 

Tout ça enrobé de parfum de tarte aux pommes qui s'allongent en bouche.

C'est un gin très différent de ce qu'on est habitué de boire, en raison de la finale de pomme cuite qui est dominante.

On va vous mettre "pomme cuite" en gros pour mettre l'emphase là-dessus.

POMME CUITE

Chose certaine, et probablement celle la plustre importante à retenir c'est que c'est un gin des plustre délicats. C'est pourquoi nous recommandons de le boire "straight," car mélangé, vous risquez de perdre ses subtiles saveurs.

Faites honneur à la chose nue. Ou sur glace.

Y'a notre pote ici, maître touilleur de glace cryogénique qui granite le cidre.

Ça fait un sacrée trou normand, mais nous, comme on est malin, on en a échappé dans notre gin de Neige et c'était pas vilain du tout. Sacrée bonne idée quand même.

Bref, ambiance de fou. En confession exclusive ce matin, on est même retournés au Casino depuis, histoire de piquer des fous rires le temps d'une demi heure, entourés de cacophonie Vegasienne, un drink local dans le gosier.

On peut pas vraiment expliquer notre raisonnement, mais y'a comme une envie en nous de reprendre possession de ce territoire octogénaire.

On va l'awouère.

Alex & David

(qui a contribué un brin, au final)

Co-créateur de La Décapsule, ce méchant macaque est maniaque de grosses IPA américaines qu'il brasse d'ailleurs constamment dans son garage.