Gin Madison Park

"Toujours à l'heure pour le thé de 4h."

La distillerie montréalaise s'est fait connaître au départ pour son sirop d'érable vieilli en fût de bourbon. Faut dire que c'est carrément une idée de génie. Aujourd'hui, on y distille la M vodka et le gin en question. Tant l'étiquette que le nom, Madison Park, nous porte à croire qu'on a affaire à un dry gin classique, dans la pure tradition londonienne. C'est pas le titre d'un polar d'ailleurs? Le Transfuge de Madison Park ou quelque chose du genre. En tout cas nous ça nous inspire les histoires d'espions.

Nature

Sans artifice, le gin présente des parfums de citron et de gomme de pin. Disons que c'est une fraicheur très invitante pour le goûteur. En bouche la texture est gouleyante, suave. Le parfum citronné se confirme en bouche ainsi que des notes de fenouil et de genièvre, suivi d'une magnifique finale doucement vanillée.

Comme prévu, le gin est clairement dans la lignée britannique. En s'offrant ainsi sans artifice, le gin nous dit des gros mots qu'on est pas supposé répéter comme:

Big Ben, Abbaye de Westminster et Palais de Buckingham.

Bref, on est carrément sur le toit d'un autobus rouge à siroter notre cocktail en envoyant la main comme la regretté princesse Diana. On passe un beau moment.

Sur glace

En le refroidissant, le gin nous parle autrement. Les saveurs se resserrent, mais pas non plus comme des pygmées frigorifiés dans un igloo. On a vraiment un assemblage harmonieux. Bien glacé, la finale nous a semblé plus anisé, voir même avec une touche subtile de cumin, mais à ce point, on n'a pas envie de trop décortiquer les saveurs.

Le gin est gin, un point c'est tout.

Et ça on apprécie!

À essayer...

Dans un thé fumant.

Croyez-nous! Quelques gouttes de Gin dans son Earl grey n'a jamais tué personne. Ça prolonge même la vie si tu veux notre avis. Avec un trait de sirop simple c'est le cocktail hivernal par excellence. Petit doigt en l'air fortement suggéré!

 

Vous l'aimez comment votre Madison Park vous?

Co-créateur de La Décapsule, ce méchant macaque est maniaque de grosses IPA américaines qu'il brasse d'ailleurs constamment dans son garage.