Un Glouton, St'un glouton, sauf que des fois c'est un ourre!

Un Glouton, St'un glouton, sauf que des fois c'est un ourre!

Glouton, vin d'orge houblonné, La Memphré, 8%

D'abord nous nous devons de respecter cette étiquette. Y'a un ourre bien dodu en hibernation sur le top. À moins que ça ne soit un carcajou, surnommé glouton, mais on adhère clairement moins à cette théorie.

D'un orangé lumineux, ce vin d'orge est des plus invitants. En bouche, la magie s'opère. L'orge ébloui par sa finesse et sa rondeur, ce qui ne manque pas de me rappeler les bâtons de sucre d'orge de mon enfance, qu'on laissait bien en vu au caisse pour appâter les enfants, qui en profitaient pour casser les pieds de leurs parents tant qu'ils n'obtenaient pas leur nanane. Ça marchait pas comme ça chez les Atman! Si on voulait avoir la moindre chance, il fallait espérer en silence! C'était notre seule chance de suçoter une sucette. Et parfois, ça marchait!

Comme un ourre mal léché en hibernation, la finale de marmelade s'étale pour une saison ou deux. C'est herbacé, résineux comme on les aime. Houblonné avec trois valeurs sûre américaine (Amarillo, Centennial, Columbus) et avec une touche tropicale australienne (Topaz). C'est un quatuor du tonnerre, un peu comme Laurel et Hardie, mais en plustre nombreux!

Une choses est sûr, c'est que c'est pas lourd du tout. Ça passe presque aussi bien que les fesses d'un ourre dans le terrier d'un mulot. Bref, ça se gloutonne tout bonnement, qu'on soit en hibernation ou pas. 

Verdict:

Supercorrect! On dirait même plustre qu'adéquat!

Alex Atman

Co-créateur de La Décapsule, ce méchant macaque est maniaque de grosses IPA américaines qu'il brasse d'ailleurs constamment dans son garage.