Vin rouge québécois exponentiellement profond comme un nez de papi emmitouflé près de la cheminée

Vin rouge québécois exponentiellement profond comme un nez de papi emmitouflé près de la cheminée

XP édition 04
Vignoble Léon Courville
Vin rouge, 12.5%

Un vin "extrêmement potable" dirait une française condescendante qui veut faire un mauvais jeu de mots.

Alors que la semaine commençait à peine et que j'avais envie de pinard, je me suis dis « la semaine commence à peine et j'ai envie de pinard ».

C’est ainsi que je pénétrais en SAQ, station de l’Église, à la recherche du comptoir Origine Québec. Le comptoir est petit, mais il se renouvelle, je ne leur enlèverai pas ça. La preuve? À côté de L’Orpailleur, le vin québécois le plus vendu de la SAQ (pour citer l’article de Karyne Duplessis Piché du samedi 27 janvier), se trouvait sur la tablette un petit bijou.

Et disons le tout de suite, ce n’est pas le plus abordable: Autour de 28$ la bouteille. J’ai hésité. Je suis allée voir trois commis pour leur demander leur avis. Les deux premiers ne connaissaient pas et le troisième a tout de suite dit «  Ah lui, il est très bon, il est plus profond, complexe, il reste plus longtemps en bouche que la plupart des vins québécois, je vous le recommande. » J’ai dit oké, alors qu’il me rapportait même pas de points bonus SAQ.

Après l’avoir fièrement rapporté à la chaumière, sous les cris de joie de David et les miaulements étourdissants de Grosse Épée, j’ai débouché le tout avec appréhension. 

Alors, qu’est-ce que ça donne? MINUTE PAPILLON. J’va te l’dire.

Mais avant...

La petite histoire

Le vin XP (pour expérience) est décliné chaque année sous une nouvelle version, en changeant toujours un petit quelque chose dans la méthode. (Veuillez révéler le secret, M. Courville).

La recette de base reste cependant toujours la même. Ils récoltent les grappes du cépage De Chaunac (un cépage assez répandu, résistant au froid et utilisé principalement au Canada et aux USA, si l’on en croit les experts) tôt à l’automne et les font sécher pendant 6 à 8 semaines sur des lattes afin d’en concentrer les saveurs. C’est le passerillage.

Le moût est encuvé début janvier puis pressé à la mi-février. Le vin est ensuite entonné 14 mois en barriques. Le XP n'est pas millésimé, chaque version est le résultat d'un assemblage de plusieurs millésimes.

La débouchonnade

Au nez, il est chaleureux, il réconforte déjà, comme un vieux papi emmitouflé dans des couvertures près de la cheminée. J’ai une vision très claire mais peu cohérente du grand-père de Heidi, petite fille des montagnes, en train de manger du fromage fondu.

L’on augure une belle surprise.

On nous informe que la robe est « rouge tuilé », et je comprends tout à fait pourquoi. Il est d’un rouge profond aux jambes à peine ocres, rappelant un vin vieilli de type porto, ainsi que le toit de Alm-Ohi.

En bouche, ça se savoure, ça nous emplit le palais et les gencives, puis ça stagne pour notre plus grand bonheur. Je ne suis pas une amatrice de vins nouveaux, de type Beaujolais, qui composent une bonne partie des vins québécois que j’ai goûté jusqu’à présent. J’aime les vins corsés, intenses et longs en bouche. Mes pupilles se sont dilatées dès la première gorgée. L’on sent la figue, le pruneau, le raisin de Corinthe, tous ces fruits séchés et puissants réunis dans un divin nectar velouté.

J’ai adoré ce vin.

Il nous a offert - alors que la semaine était à peine entamée et qu'on avait envie de pinard - un instant de célébration instantanée.

Aussitôt que t’as une chance de dépenser judicieusement 28$ pour le garder, l’offrir ou le partager, en t’enfouissant le pif dans une courtepointe, à côté du foyer pendant qu’à la télé, y’a une petite yodeleuse et son vieillard qui font de la luge.

À bientôt les galopins!

Complice à La Décapsule, cette gourmande française est fan de bière bien maltée et capote sur les fromages du Québec.