Primate à Bord

Pork Shop: des saucissons de Montréal qu'il ne faut pas saussistimer

Primate à Bord
Pork Shop: des saucissons de Montréal qu'il ne faut pas saussistimer

par David Atman - 

On avait déjà testé un certain sôcisson au gin Ungava de Pork Shop lors d'une certaine fondue familiale beaucoup trop pas correct au niveau des coquineries gustatives exercées cette soirée là. On était épaté par les herbes boréales, ce thé de labrador agréablement mentholée et la fraicheur de l'épinette.

Puis, on avait serré la pince des ces sympathiques personnages au Festival des Bières de Laval. De loin, c'était déjà là pas mal indéniable qu'ils avaient du style en saint-tipoil. De proche, on a compris qu'ils étaient dangereusement passionnés, une lueur de folie charcutière dans l'oeil lorsque le sujet d'une bouchée de bidoche était suggérée.

On parle ici de Frédéric Daoust (chapeauté) et de Tommy Gosselin (le casquetté), jeunes et bien fringués.

On a donc appris à travers les branches que ces gars là avaient négocié un accord avec IGA pour distribuer leurs saveur bien d'ici partout dans la province, une nouvelle formidable pour deux potes qui sont partis d'un bol de chair et d'une coudée de boyaux.

Il existera donc toujours leur gamme originale vendue entre autres dans des boutiques spécialisées en bière (voir plus bas), et ils auront une gamme exclusive pour IGA.

Joyce et moi sommes donc allés leur rendre visite pour les féliciter de vive voix. C'est d'ailleurs d'elle que provient le brillant calembour inclus dans le titre.

La question qu'on leur a posé à ce stade de leur progression spectaculaire...

Que veut dire "sôcisson artisanal?"

Là, chers lecteurs, vous avez le choix. Vous pouvez soit lire leur réponse, ou l'écouter, ou faire les deux, ou fermer tout ce barda et vous trancher une rondelle de sôcisson et vous imaginer assis tranquille sur le top du Mont Royal avec un beau blogueur ou quelque chose du genre.

Commençons donc par le bout "saucisson." Ça veut même dire quoi?

Frédéric nous dit tout: 

"On parle de porc haché mis en boyau, puis séché pendant un certain nombre de temps. Puis en fait c'est de l'évaporation d'eau. C'est aussi simple que ça!" 

Puis le bout "artisanal"?

Tommy nous révèle ses plus intimes secrets:

"Tout est fait à la main en fait. Nous on contrôle tout ce qui rentre dans les mélange d'épices. On essaie de prioriser les produits québécois. On a commencé tout petit."

Bonne réponse, Tommy! Bonne réponse!

Ce qui nous plait excessivement dans cette histoire, c'est non seulement l'aspect local (fait 100% à Montréal), mais le petit sceau certifié bien-être animal. Ça pour nous, ça fait du sens.

Ça puis le côté sans-gluten.

Qu'est-ce que ça donne?

Un sôcisson bien humecté, bien chewy aux saveurs assez uniques pour rendre une dégustation à l'aveugle rigolote en plein party. En voici d'ailleurs trois, avec des accords bières de môsieur Philippe Wouters lui-même.

Philippe quand il parle, on l'écoute.

Leeroy

"Whisky et sauce BBQ de Hickman County"

Une belle rondeur et une touche de fumée qui s'agence drôlement bien avec une Imperial Milk Stout vachement crémeuse de la microbrasserie Charlevoix, et une bouchée de Blackburn, fromage à pâte ferme québécois (bien sûr).

Épique. On ne peut s'empêcher de lâcher un "Leeroooy Jeeenkins" après chaque bouchée.

Jack

"Champignons sauvages et 5 poivres qui bûchent"

Probablement notre préf de la bande. Philippe l'accorde avec une bière brune douce, comme la Titanic de RJ. La pognes tu?

Jack? Titanic? Entéka.

Lawrence

"Épices à steak de Montréal dans un cadre non-orthodoxe"

Les yeux fermés, celui-ci nous intrigue par son doux goût anethé puis renchérit la donne avec sa chaleur poivrée. C'est top! On vous avoue qu'on a égaré ce dernier accord bière, mais rendu à la troisième bière, habituellement tout est bon avec tout.

Fait cocasse: Le Saverio que voici, plus traditionnel en composition, s'appelle ainsi en l'honneur du grand père d'un de ces messieurs, un sôcissier italien qui leur aurait appris plus d'une grimace dans le domaine.

Gardez donc l'oeil bien ouvert. Ces messieurs n'ont pas fini leur grabuge! 

Ils sont au Marchands de Bières de Ste-Thérèse, au Espace Houblon, chez Veux Tu Une Bière, et à présent dans un IGA près de chez vous.

- David