Mon sombre & visqueux secret: confession d'une blogueuse bière

par Joyce Baker -

J'ai un secret à vous dire.

Lorsque la soirée avance et que les verres s'enchaînent, j'ai l'habitude de faire des assemblages improvisés.

Admettons que je suis en pleine dégustation et que tout le monde est prêt à passer à la prochaine bière... Sauf moi. Pas grave! J'évalue ce que j'ai dans mon verre, j'anticipe la palette de goûts de la prochaine bière, pis si ça m'inspire, je la fous dans mon verre.

Je vous entends hurler au sacrilège. Bon, si c'est une bière super rare d'importation privée, j'irai peut être pas mélanger ça avec un autre fond. Je vais la goûter avant. Mais vous devez comprendre que rendu à ce stade là du party, on n'ouvre pas des bouteilles trop épiques non plus. 

J'ai pas fini.

Souvent, je mélange de la bière avec des jus, des alcools forts, des fruits, des épices et même... des mollusques. On aura sûrement l'occasion de reparler de mes autres expérimentation gustatives au fil de nos entretiens virtuels, mais là je vais régler avec vous le cas urgent des mollusques. 

Nous voilà.

C'était par une belle et chaude soirée que j'étais invitée à un événement ultra hollywoodien du monde de la bière. De un, je capotais un peu parce que je comprenais pas trop ce que je faisais là. De deux, je venais de rencontrer l'une des femmes les plus légendaires du monde de la bière. J'avais grand besoin d'un moment de calme que seul le bar à huitres pouvait combler, et ce à volonté (OMG). Pas la peine de mentionner que j'y suis restée accoudée une partie de la soirée.

Ça discutaillait fort avec mes collègues de dépanneurs spécialisés, jusqu'à ce que mon trouble de déficit de l'attention me rappelle un truc. J'avais un jour entendu dire que les marins, lorsqu'ils s'arrêtaient dans un port boire une tite bière, mettaient des mollusques dans leur verre (des huîtres, des moules, mais aussi des palourdes, etc.). C'était simplement question de se nourrir, mais j'y voyais là une idée de génie.

Je me suis dit qu'en effet, j'avais déjà mis de la bière dans une coquille d'huître avant de la gober, et que ça donnait quelque chose de particulièrement savoureux. C'est là que mon cerveau a fait le lien entre ma pinte de stout à l'avoine et le bar à huîtres à volonté. Impossible d'ignorer cette chance de foutre 5 à 10 huîtres dans ma bière.

Quelle expérience!

Vraiment, ça peut paraître étrange, mais si vous êtes amateur d'huîtres et de bières noires, vous devez l'essayer. Si vous en doutez, je vous lance tout de même cette idée de dégustation maison:

Matériel et ingrédients nécessaires: 

  • 5 huîtres par personne
  • 5 verres par personne (préférablement de dégustation, mais peut importe au pire, on va doser tout ça)
  • 5 bières foncées
    • un stout à l'avoine (de McAuslan)
    • un porter (Robust Porter de Pit Caribou)
    • une black IPA (Racoon du Naufrageur)
    • une bière noire aromatisée (Porter fumé de Boquébière ou Laforge de microbrasserie d'Orléans)
    • un stout impérial (de Simple Malt ou La Corriveau en fût de bourbon du Bilboquet)
    • une triple (de Charlevoix. Je sais que ça 'fit' pas, mais je reconnais aux bières fortes de type belge une tendance à bien se marier aux produits de la mer)

Procédure: 

Videz une huître avec le jus dans chaque verre.

Ajoutez 2 onces de chacune des bières dans leur verre respectif (on s'entend, chaque bière à son verre. On est wild, mais une étape à la fois s'il vous plaît. Essayez si votre soirée vous le dit par contre).

Dégustez l'une après l'autre et discutez-en avec vos compagnons, tout en  buvant le reste de vos bières. 

Êtes-vous game? Envoyez-nous une fouto de votre dégustation!

- Joyce