Technique de visualisation pour ne rien manquer à l'Oktoberfest des Québécois

[commandité]

Alors que les danseurs du vieux Munich repassent leurs habits bavarois pour l'Oktoberfest des Québécois, je me prépare mentalement en revoyant mon plan d'attaque. Tel un athlète de haut niveau avant la compétition, je visualise mon parcours à travers les kiosques pour ne rien manquer.

1er arrêt - On commence en grand chez Boquébiere pour goûter à la Hildegard Rouge Érable vieillie en fût de chêne pendant 18 mois. Une bonne surette, ça commence bien la journée!

2e arrêt - À la Brasserie Dieu du Ciel ou je danse au rythme chaud de la Disco soleil (IPA au Kumquats) avant de faire une pierre deux coup en dégustant une Isseki Nicho, qui signifie «Tuer deux oiseaux avec une seule pierre» (à ne pas confondre avec l'expression «Tuer deux oiseaux avec une seule bière». Il s'agit d'une saison noire d'un grand équilibre. La torréfaction s'harmonise parfaitement avec son côté légèrement acidulé et épicé.

3e arrêt - À la Brasserie Dunham pour se nettoyer le palais avec la KeKriek, bière sûre aux cerises. Ensuite j'étanche ma soif intarissable de houblon avec la Petite Saison Pale Ale, houblonnée avec l'intriguant Rakau de la Nouvelle-Zélande. Une première pour moi.

4e arrêt - Au kiosque du St-Pub de la Microbrasserie Charlevoix, pour poursuivre ma quête des houblons du Nouveau Monde avec la Session IPA Pacifique jade (Néo-Zélandais). J'en profite pour boire leur IPA Centennial, mon houblon préféré, qui donne des notes florales et d'agrumes. Je termine avec la Monkey Brown IPA parce qu'avec un nom pareil, ça risque d'être macaquement bon.

5e arrêt - Je termine ma tournée chez Brasseurs Illimités pour y déguster la Simple Malt Saison, qui si je comprends bien est la Saison Sans Nom qui vient d'intégrer la gamme Simple malt. Une excellente nouvelle pour les amateurs de saison traditionnelle. Quelle bonheur aussi de retrouver la C, une pilsner slovène que j'avais adoré au printemps dernier.

6e arrêt - Je me couche à l'ombre d'une arbre pour faire la sieste. Je rêve aux bières qu'il me reste à déguster: bières surprises du Trou du Diable, la Douple IPA des Trois Mousquetaires, la McKroken Flower (vieilli en fut de bourbon) du Bilboquet, la Miláček de la Succursale, le Cask de B'Rousse Willis de Noire&Blanche... Et c'est reparti pour une tournée avant le spectacle de la soirée.

Et vous, qu'avez-vous hâte de déguster? 

Alex (qui se repose en attendant l'Okto)